Les chants d'amour des Grandes Mères Sauvages.
ChoroVitae - Message ou slogan
RSS

Articles récents

Découvrez l'EFT en Vidéo-
Conférence du 1er décembre 2016 : La méthode des 2 Points-
Il est Dimanche matin.
Je veux savoir
- C'est bien d'avoir eu un ami, même si l'on va mourir. Moi, je suis bien content d'avoir eu un ami renard...dit le petit Prince !

Catégories

Intelligence Emotionnelle
La Santé Autrement.
Maintenant
Peintures et Poésie;
Psychologie
fourni par

Mon blog

Les chants d'amour des Grandes Mères Sauvages.



Être, être elle-même ! 

Elle a envie de pouvoir crier son propre nom et voir le visage de sa mère, elle veut entendre ses parents lui donner son prénom... Sa respiration se bloque, son esprit se trouble encore un peu plus, elle reste suspendue entre deux réflexions, le nez rivé au sol. 
Et là, une chaussure fatiguée, poussiéreuse, inconnue, puis une deuxième. 
Et comme dans du coton, une voix claire qui l'appelle depuis loin, très loin : «  Douce enfant ? bonjour Alma , j'ai à te parler » 
Interloquée, elle lève son visage et rencontre d'abord cette lumière qu'elle avait perçue plus tôt près de l'eau, une vague intense de plénitude lui parcourt le cœur et les sens. 

La licorne ? Elle est là ? 



La jeune fille cligne des yeux et découvre un visage incroyable de femme : un sourire au milieu de rides ! La jeune fille parcourt du regard une ride puis une autre et stupeur, elle voit nettement se dessiner des lettres, des mots, des phrases ! 

L'Enseignement des Femmes de Sagesse ! 

Puis timidement, elle ose le regard de cette femme et avant qu'elle ne bascule dans une sorte de vide extrêmement lumineux, la jeune fille voit le mouvement de l'Unicorne se rapprocher d'elle et plonger dans l'espace entre ses deux yeux. En un instant, tous ces sens perçoivent directement dans son cœur, tous les chants d'amour inconditionnel des Grandes Mères Sauvages. 

Après des lustres, quand enfin elle ouvre les yeux, ses parents discutent en souriant avec cette vieille dame un peu chétive du temps qu'il va faire, des bêtes à soigner et du chemin qu'on a jamais trouvé pour rejoindre la cascade.
La jeune fille observa la grand-mère, qui préparait une fumigation de sauge blanche et de foin d’odeur, plantes qu’elle plaça dans une coquille saint Jacques  sortie d’un sac en cuir souple , le cœur de la jeune fille s’emballa à toute allure en apercevant sur le rabat de celui-ci, un dessin de louve et ses 3 petits ! 

Déterminée la jeune fille se campa debout devant la vieille dame ! 
Elle ne savait plus vraiment quoi penser ! 
Et une vague de question déferla à la hâte ! 
Comment vous appelez vous ? Qui êtes vous ?  Qui suis-je ? Quel est mon nom ? Que faites vous ici précisément ? Là s’en était trop ! 
Tant de questions, de pensées contradictoires, d’émotions, d’images, s’entrechoquaient dans l’esprit de la jeune fille qu’elle éclata en larme ! 

La vieille dame alluma les herbes, puis se tourna vers  la jeune femme, lui pris les mains l’accompagna à s’assoir en tailleur , et répondit Ma appelle moi Ma ! 
Celle qui unit. C’est ainsi que je me nomme et quand à toi mon enfant qui penses- tu être ?
Qu’a tu appris de toi dans la forêt ?
Etait-ce sous l’effet de la fumigation et l’odeur qui lui transperça tous ses sens ! 
Le bouillonnement intérieur que ressentait la jeune fille se dissipa peu à peu à son grand étonnement 
 « Alma chuchota Ma le but n’a que peu d’importance seul le chemin l’est ! » 
Cette phrase résonnait comme un mantra ! 
Que devait elle comprendre elle ne le savait pas encore !

Le souffle de la jeune femme s’adoucit et timidement 
elle dit :
 « Je suis celle qui cherche »


                                                       Peinture de Martine BLot
Alma ! Alma ! Est -ce possible qu'elle s'appelle Alma. 
Plusieurs fois la vieille Femme l'avait nommée ainsi. De plus elle semblait connaitre l'histoire sa famille.

"Ma"."Ma"....La jeune fille répète ce nom dans sa tête "Ma ! Ma ! »
Une chaleur l'envahit, elle s'éloigne un peu de l'Ancienne comme portée par le vent et marche vers la forêt. 
Elle ne tarde pas à s'allonger sous la fraicheur d'un chêne......elle regarde l'arbre à l'envers. Les feuilles dansant sous l'air l'hypnotisent......elle se sent emportée dans un tourbillon.

Elle fredonne «Ma "Ma » . La mélodie l'accompagne.
Elle se retrouve en haut d'une montagne enneigée 
Elle se voit debout sous des peaux de bêtes, les bras en ovation, elle s'entend dire  "Ma" le regard tourné vers la pleine Lune.

Tout autour l'atmosphère est pure, transparente, dense, lumineuse à perte de vue des étoiles dans le ciel , sur terre la neige scintille..
C'est le passage de l'ombre vers la lumière. 
C'est une fin de décembre perdue dans les temps. 
Autour de cette femme, prêtresse, déesse, on ne sait plus, Grande initiée peut être,les animaux se sont rassemblés. Les loups blancs, les biches,et les cerfs, les élans, les ours blancs regardent la Lune leurs têtes tournés vers le ciel.
Très haut dans le ciel,   les aigles blancs , tournent en cercle au dessus dans leurs vols.
C'est un enchantement.
Aucun son ne semble articulé par aucun animal, ni par la Femme et cependant tout autour et en dedans cela chante, cela danse, cela s'exalte et s'exulte.
La Femme semble être à la fois immobile et comme traversée par des courants de Lumière venant de la Terre et du Ciel.
Toutes les forces de Vie se sont données rendez -vous en elle sur cette montagne, au milieu de la nuit et de nulle part.
Après un temps sans limite, une nuit, un jour, une éternité,le soleil les rejoint au point du jour et les retrouve tous à la même place , dans la même attitude. 

Doucement les premières lueurs  du soleil éclairent les faces.
Un oiseau lance des vocalises dans le silence de l'aube puis très vite ce sont tous les oiseaux qui se retrouvent en conférence. 
Cela monte, monte comme une clameur de joie tout autour de la terre.
Un hommage à la Beauté. Un Hymne à la Vie.
Ce chant venu de nulle part et de partout entre en résonance avec les montagnes et d'échos en échos réveille les hommes endormis dans les vallées plus bas.



Il est midi sur la Terre, lorsque Alma  se réveille de son songe
Le soleil la réchauffe à travers les feuilles. Quelques petits lapins sont venus trouver réconfort dans la chaleur de son corps.
Elle n'ose pas bouger, doucement elle ouvre les yeux et encore plus lentement son corps se réveille et là comme le souvenir ami, elle entend sa voix monter dans les airs, et tourner tout autour d'elle..
Elle se souvient !
Elle est heureuse !
Elle entend  la Vie danser dans sa poitrine.....et d'un bond joyeux comme une jeune biche, elle se met à danser sous le regard de la forêt.
Elle sait maintenant ! 
Elle est sans âge.
Sa vie est sans début et sans fin !
Elle n’est que de passage sur la Terre.
Elle vient de très loin 
Son origine est du ciel...
Elle se souvient. 
Elle est la Vie !

Source : Martine BLot

Flash Player doit être installé pour visualiser ce fichier.
Soupir Eternel
Dhafer YOussef



1 commentaire pour Les chants d'amour des Grandes Mères Sauvages. :

Commentaires RSS
dominique on jeudi 21 juillet 2016 14:42
c'était très beau j'envoi "la vésicule biliaire" à Adrien, j'espère que j'ai son mail... nous avons fait le voyage ensemble vers Convivencia... et il me posait des questions... bises
Répondre au commentaire

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint