- C'est bien d'avoir eu un ami, même si l'on va mourir. Moi, je suis bien content d'avoir eu un ami renard...dit le petit Prince !
ChoroVitae - Message ou slogan
RSS

Articles récents

Découvrez l'EFT en Vidéo-
Conférence du 1er décembre 2016 : La méthode des 2 Points-
Il est Dimanche matin.
Je veux savoir
- C'est bien d'avoir eu un ami, même si l'on va mourir. Moi, je suis bien content d'avoir eu un ami renard...dit le petit Prince !

Catégories

Intelligence Emotionnelle
La Santé Autrement.
Maintenant
Peintures et Poésie;
Psychologie
fourni par

Mon blog

- C'est bien d'avoir eu un ami, même si l'on va mourir. Moi, je suis bien content d'avoir eu un ami renard...dit le petit Prince !




Je vous partage un article publié par Isabelle Desbenoit  sur le  livre

 
 









Voilà un titre tout à fait optimiste pour un événement qui nous concernera tous un jour ou l’autre… Le sous-titre nous renseigne plus avant sur le contenu de l’ouvrage : « Du mourir en France aujourd’hui ».L’auteure, Martine Luce Blot, a fait paraître son livre en avril 2016 aux éditionsBoD (17,99) euros.Books on Demand fait paraître tous les styles de littérature et il m’a plu de découvrir cet ouvrage un peu plus « sérieux » que ceux que je recense sur mon blog habituellement. Je l'ai trouvé passionnant et j'ai eu envie de vous en dire un peu plus...

La couverture, en noire et blanche est sobre mais illustre bien le thème… Cette rosace qui s’étend à l’infinie dans une lumière de plus en plus intense…

Comme le dit Martine Luce Blot à la fin de son introduction « apprivoiser l’idée que nous avons de la mort, pour laisser la vie battre son plein dans cet ultime instant en partage est le propos du livre »

Le parcours personnel de l’auteure est d’une grande richesse humaine (je vous laisserai le découvrir) et sa pratique professionnelle ainsi que ses études poussées n’ont fait que renforcer son expertise pour parler de ce sujet qui peu à peu est devenu « tabou » en France. On meurt à 80 % à l’hôpital ou dans une structure de soins en France aujourd’hui.

Martine Blot nous explique d’abord comment l’on se situe devant la mort dans nos sociétés occidentales. C’est à travers l’histoire qu’elle retrace cette « histoire de nos morts » : si celles-ci sont ritualisées et collectives, elles deviennent de plus en plus, à partir du 12iéme siècle sujettes à un individualisme nouveau en se détachant progressivement d’une résignation « confiante et spontanée » comme l’écrit l’auteure, la volonté « d’être soi » émerge… Première partie que j’ai trouvée très pertinente. Puis, l’auteure expose quelques points de vue de philosophes. Ensuite on s’intéresse aux rituels funéraires et l’on se pose la question de ce qu’ils sont et de leur utilité.L’occasion d’un voyage cette fois-ci dans l’espace de l’Asie en passant par l’Égypte pour revenir vers l’Europe. Ce n’est évidemment pas exhaustif mais cela aide à comprendre la diversité des situations culturelles.

Martine explore ensuite la situation en France : les rites que proposent les pompes funèbres et toutes les grandes religions ou courants religieux. Cela sera illustré par l’exposé de trois « hommes » (dommage que des femmes n’aient pas été interviewées aussi !) : un curé, un pasteur et un imam.

On repart ensuite pour une exploration de la mort dans les peuples traditionnels pour revenir à notre quotidien en France : la mort en milieu hospitalier : cette partie, très développée, est très instructive : les soignants qui manquent de temps, leurs vécus etc.

La seconde partie aborde le sujet passionnant des N.D.E., de la médecine et de la physique quantique face à l’au-delà. Les N.D.E., Martine connaît puisqu’elle-même en a fait l’expérience, elle les présente donc avec des mots qui « sentent le vécu ». Par contre l’existence de ce que l’on appelle les N.D.E. « négatives » n’est pas développée. 
On expose également les croyances d’une société ésotérique. De mon point de vue ce n’est pas trop le lieu pour ce dernier point dans ce livre mais je vous laisserai en juger par vous-même. En tout cas ce développement « gnostique » contraste avec l’écriture assez « objective » du reste.

Le dernier chapitre s’intéresse au monde animal : les animaux de compagnie dont la mort provoquera un chagrin et un deuil intense chez leurs maîtres et les animaux tués par milliers dans les abattoirs dans l’indifférence et l’assentiment de la société. Martine Blot, qui a dédicacé son ouvrage à ses parents à son compagnon mais aussi à ses deux chats ! semble très concernée par cette cause et elle a à cœur de nous l’exposer même si cela déborde un peu du sujet du livre.


Une analyse solide et documentée donc, intéressante comme tout et pas du tout « morbide » :) ! 

Un livre vivant qui nous fait réfléchir sur les manières d’accueillir ce moment ultime de la vie qu’est la mort. Il vous aidera à comprendre ce qui se joue et comment vous pouvez vous aussi influencer les choses pour que la mort redevienne un moment de vie sans solitude et plus serein parce qu’il est entouré et porté par le sens que vous lui donnez… 
Et surtout par l’amour et l’attention que vous témoignez à celle ou celui qui s’en va…

Une lecture à recommander à toutes et à tous puisque nous sommes tous concerné(e)s ! Aussi bien à ceux qui ont peur de la mort qu’à ceux qui n’y pensent pas ou essaient tout du moins :) ! Mais aussi à ceux qui ont des proches en fin de vie
Lire Martine Blot, c’est se donner les moyens de réfléchir à nouveau frais pour être plus serein et plus présent. 
En quelque sorte lire « La Mort ? Un choix pour la Vie ! » pour ne pas mourir « idiot »… !

Isabelle  dimanche 5 juin 2016-Mes Recensions de Livres BoD : La Mort ? Un Choix pour la Vie ! de Martine Luce Blot
Source : Isabelle Desbenoit 
http://desbenoit-isabelle.blogspot.fr

............................................................................


............................................................................


Des photos extraites d'un reportage photos réalisé par Olivier Coulange dans le service des Soins Palliatifs de l'Hopital  Paul Brousse dans le service du docteur Michèle Salamagne.
Ces photos accompagnent avec d'autres le chapitre sur l'Univers de la Santé.


             















"Cette phrase de Jonathan Mann, citée  par Emmanuel Hirsch en exergue de son dernier livre "Le devoir de non-abandon : Pour une éthique hospitalière et du soin. "
 met l’accent sur   deux concepts forts : la confiance- confiance en l’avenir, confiance dans les capacités humaines à évoluer; et l’intelligence collective  de l’humain, la capacité que nous avons tous  de prendre conscience des liens qui nous unissent les uns aux autres et du rôle  que chacun d’entre nous peut jouer pour qu’il y ait plus d’humanité et de dignité dans notre monde. 
Et nous retrouvons par-là, les valeurs fondatrices de toutes les sociétés traditionnelles. Avoir conscience de la vie qui me relie au monde, aux autres, et à moi-même ? ".



La mort  n’est point notre issue, 
Car plus grand que nous
Est notre désir, lequel rejoint
Celui du commencement, 
Désir de Vie.
La mort n’est pas notre issue
Mais elle rend unique tout d’ici.
Ces rosées qui ouvrent les fleurs du jour,
Ce coup de soleil qui sublime le paysage,
Cette fulgurance d’un regard croisé,
Et la flamboyance d’un automne tardif,
Ce parfum qui assaille et qui passe, insaisi,
Ces murmures qui ressuscitent les mots natifs,
Ces heures irradiées de vivats, d’alléluia,
Ces heures envahies de silence, d’absence,
Cette soif qui jamais ne sera étanchée,
Et la faim qui n’a pour terme que l’infini...
Fidèle compagne, la mort nous contraint
A creuser sans cesse en nous
Pour y loger songe et mémoire,
A toujours creuser en nous
Le tunnel qui mène à l’air libre.
Elle n’est point notre issue.
Posant la limite, 
Elle nous signifie l’extrême
Exigence de la Vie, 
Celle qui donne, élève. 
Déborde et dépasse.

Francois Cheng, Cinq méditations sur la mort, autrement dit sur la vie. 




Flash Player doit être installé pour visualiser ce fichier.




2 commentaires pour - C'est bien d'avoir eu un ami, même si l'on va mourir. Moi, je suis bien content d'avoir eu un ami renard...dit le petit Prince !:

Commentaires RSS
Feernando Lailhacar on mercredi 15 juin 2016 11:16
Très touchant, une belle continuation.. je t'embrasse
Répondre au commentaire
 
BLot on jeudi 16 juin 2016 15:36
Cher Fernando, Oui le thème est sensible pour toutes et tous. Les photos d'Oliver , comme tout son travail révèlent une Humanité à Fleur de Peau sous son oeil humaniste. merci Martine

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint